À Lesbos, les autorités veulent regrouper les migrants

Publié le : 14/10/2020 – 12:32

Deux camps alternatifs accueillent depuis plusieurs années les migrants les plus vulnérables sur l’île de Lesbos. Leurs occupants s’inquiètent de la volonté des autorités grecques de fermer pour tenter de mieux contrôler le nombre de demandeurs d’asile et surtout pour calmer les tensions avec la population locale. 

Publicité

Le camp de Pikpa a été créé en 2012 par l’ONG Lesbos Solidarity. Il compte une centaine de places réservées aux demandeurs d’asile en difficulté. Marjane a rejoint ce lieu d’accueil très calme avec son mari et son fils, après avoir connu une violente agression dans le camp de Moria récemment dévasté par les flammes. Et elle ne cache pas son inquiétude face à l’annonce de la fermeture de cette structure.

Un autre camp, celui de Kara Tepe, doit également bientôt cesser ses activités. Les autorités locales espèrent regrouper ses occupants au sein d’une nouvelle structure située face au village de Panagiouda, situé dans l’est de l’île. Un projet contre lequel s’élèvent de nombreux habitants qui désirent le départ des migrants.  

>> À voir aussi sur France 24, les autres reportages réalisés sur l’île de Lesbos:

• Un mois après l’incendie de Moria, un camp d’urgence accueille les migrants

• Retour au camp de Moria réduit en cendres


About the Author



Back to Top ↑